AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chroniques d'un ange déchu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ezaziel
ECUYER
ECUYER
avatar

Masculin
Nombre de messages : 35
Age : 22
Localisation : France, Lyon
Réputation : 1
Date d'inscription : 14/07/2016

MessageSujet: Chroniques d'un ange déchu   Sam 16 Juil - 1:57

Chapitre I : Naissance


Au début tout n'était que ténèbres. C'est ainsi pour chaque chose. L'univers. La vie. Les anges. De la nuit jailli la lumière. Elle éclaire l'univers, permet la vie et les anges la portent. Nous autres les créatures célestes ne sommes que des serviteurs. Avant même d'ouvrir les yeux je le savais. Je ne connaissais encore rien de ce monde dans lequel je m'apprêtais à entrer, mais je savais que je devrais le servir.

L'énergie circule en moi. Une sensation étrange parcours tout mon corps. Les formes de l'univers se dessinent enfin. Soudain je prends conscience du monde qui m'entour. Mes paupières brulent d'un feu intense pour ouvrir mes yeux éternellement. Jamais je ne les fermerai. Jamais je ne dormirai. Quel place y a-t-il pour le sommeil, lorsque l'on doit servir un univers entier ?

J'étais partout et nul part à la fois. Les galaxies dansaient, et devant moi se tenaient un autre ange, plus chétif que moi, et une entité dont je ne parvenais pas à déchiffrer la nature.

- Seigneur, il vit. Venez ! Oh vous ne l'avez pas raté celui là. Son jeune esprit semble... prometteur. Avez vous changé votre recette ?
- En effet Metatron, celui là est très spécial. Lève toi Ezaziel, mon fils, et contemple mon œuvre.

C'était la première fois que mon père s'adressait à moi. Il me toucha le sommet du crâne, et j'eu la connaissance absolue. Chaque galaxie, chaque étoile, des planètes toutes aussi singulières les unes que les autres. Des êtres vivants, les éléments. Chaque atome raisonnait dans mon esprit. Mais parmi toutes les créations de mon père, l'une d'entre elles retint mon attention. Alors que je connaissais désormais chaque poussière de l'univers, le cœur des Hommes m'était impénétrable.

- Tout comme moi ! répondit mon père à une question que je n'avais jamais posée.
- Qui sont-ils exactement ? demandais-je.
- Ils ne sont pas exacts. Ils sont. Chacun d'entre eux est différent. Mais ils me ressemblent tous un peu. Vois tu mon fils, chaque chose dans cet univers est totalement contrainte. Les astres obéissent à la gravité, les atomes obéissent aux forces qui les compriment, les êtres vivants obéissent à leurs instincts, et les anges obéissent à mes ordres. Mais les humains eux ont le choix.
- Je sens que moi aussi j'ai le choix. Est-ce une illusion père ?
- Non. Tu es plus qu'un ange. Tu es un archange. Tu seras formé pour le commandement des armées célestes, et tu veilleras à ce que ma volonté soit faite sur la Terre comme au ciel. Mais plus qu'un archange, tu es un hybride. Tout comme les humains je t'ai fait don du libre arbitre.
- Mais seigneur ! interrompit Metatron, le dernier archange possédant le libre arbitre a mal tourné. Aujourd'hui Lucifer croupit dans...
- Ne prononce pas son nom en ces lieux !

Mon père avait haussé la voix. Je ne pouvais pas lire dans son esprit, mais ma partie humaine me permettait de percevoir en lui une grande colère. Mais pas aussi grande que la déception qui semblait l'accompagner.

- Je sais très bien ce qu'il est devenu, reprit-il plus calmement. Et c'est de ma faute, je ne l'ai pas bien formé. Sois sur que cela ne se reproduira pas.

Metatron avait blanchi. Provoquer la colère de notre père ne semblait pas être dans ses habitudes. Ma connexion naturelle avec Metatron m'apprit que la colère de père pouvait être terrible. Et Lucifer mon grand frère en faisait aujourd'hui les frais.

- Tu te poses des questions et c'est normal. Tout savoir ne signifie pas tout comprendre. Ta formation commencera bientôt. Dès que tu seras prêt, je te confierai les armées célestes et la gestion de cet univers. Celui là est bientôt terminé, et j'ai bien l'intention d'en créer un autre.
- Suis-je moi aussi créateur père ?
- Créateur, protecteur, destructeur. Ce que tu seras, c'est toi qui le décideras. De tous les êtres de ce monde tu es celui qui me ressemble le plus.
- Je serai un bon protecteur ! J'entretiendrai votre œuvre aussi longtemps que vous me le permettrez !
- Tu m'en vois ravi. Bien. Je te laisse avec Metatron, il se chargera de ta formation. Pour l'instant cet univers a encore besoin de moi.

Mon père avait disparu aussitôt ces paroles prononcées. Il était encore là quelque part, relié à Metatron et moi, mais son attention n'était plus tournée vers nous.

- Et bien Ezaziel, il me semble que c'est à moi de te former. Nous allons commencer dès maintenant.

Metatron était un ange plutôt petit. Ses cheveux bouclés étaient grisonnants, et dans ses yeux bleus on pouvait lire une certaine malice. C'est en se frottant le bouc qui ornait son menton qu'il commença à créer. Tout autour de moi prenait forme une pièce. Des murs de pierre sablée m'entourèrent soudain. Un plafond de cristal couvrit les étoiles, et un plancher jailli sous mes pieds, stoppant net ma lévitation, et me forçant à endurer la gravité. Le sol était de marbre, mais pas autant que Metatron. Impassible il paracheva sa création.

- Ah ! J'aime créer. Ces dalles de marbre sont magnifiques. Evite de les salir avec tes gros pieds d'archange. Si jamais tu t'avisais de... pourquoi fais-tu cette tête ?
Metatron souriait. Il savait parfaitement pourquoi je faisais cette tête. Lorsque l'on a contemplé en un seul regard les confins de l'univers, se trouver entre quatre murs est un traumatisme.
- Je peux mettre une fenêtre si tu veux ! reprit-il.
- Ce ne sera pas nécessaire. Le but de tout ça, c'est de m'habituer à être enfermé à un endroit précis c'est bien cela ? Pourquoi ? Quel est l'intérêt d'être enfermé dans un espace restreint quand on peut être libre et parcourir le cosmos en quelques secondes ?
- La concentration, Eza, elle est la clé de tout. C'est ton attention qui détermine ta réalité.
- Cette phrase n'est pas de toi, rétorquais-je.
- Peut-être, mais je me l'approprie pour l'instant, Eza.
- Et arrête de m'appeler Eza. Mon nom est Ezaziel. Bientôt je serai le protecteur de cet univers et tu seras sous mes ordres !
- Comme tu veux Eza !

Metatron commençait à m'agacer. Mais peut-être que père avait décidé de me confier à cet odieux personnage pour m'enseigner la patience. Je décidais finalement de rester calme. Si un être aussi insignifiant que Metatron pouvait provoquer ma colère, qu'allais-je faire de cet univers ? Je ne serai pas destructeur. Jamais.

- Tes pensées sont honorables. Cependant je ne suis pas là pour t'enseigner la patience. Enfin pas seulement. Tu te sens réduis ici, dans cet espace fermé ? Pourtant tu y es plus fort, car la moindre petite chose qui s'y produis ne saurait échapper à ton attention.
- Tu vas lire encore longtemps dans mes pensées ?
- Malheureusement non. Tu apprendras bientôt à les dissimuler. Seul le Seigneur notre père pourra encore les lire.
- Tant mieux. Quel est la leçon suivante ?
- Tu l'as réussie, c'était découvrir la curiosité. La question que tu viens de poser valide l'acquisition de cette qualité. Quoi que tu poses beaucoup de questions depuis ton arrivée.
- Passons à la suite veux-tu ?
- Non !
- Comment ça non ?
- Parce que j'ai dit non.
- Très bien.

Je m'asseyais lentement sur le sol de marbre créé quelques instants plus tôt par Metatron.

- Tu réagis bien au refus, excellent. Troisième leçon réussie. Ton frère Lucifer a mis du temps à s'habituer au refus.
- Tu prononces son nom ?
- C'est le sien, alors j'imagine que si je veux parler de lui il convient de le faire en usant son nom.
- Père désapprouverai.
- Mais père n'est pas ici. Son attention est bien loin de nous maintenant. Pas vu, pas pris, c'est la quatrième leçon.
- Es-tu sur que père veut que j'apprenne à lui désobéir ?
- Non bien sur, c'était ma petite touche personnelle. Bien, combien font deux plus deux ?
- Je connais les maths, père me les a inculqués lorsqu'il m'a conçu.
- Je m'en fiche. Combien font deux plus deux ?
- Quatre. C'est ça la cinquième leçon ? Du calcul mental de niveau cours préparatoire ?

Je m'étais relevé brusquement. Metatron se moquait de moi, et me faisait perdre mon temps.

- Non, répondit-il avec un sourire narquois. Tu dois endurer la frustration. Depuis avant je te demande des choses que tu sais déjà, ou que tu apprends facilement. Tes capacités valent mieux que ça, et je te frustre en les sous-utilisant.
- Je ne t'ai pas détruit, considère donc que j'ai enduré cette frustration avec succès, suivant.
- Hum... non.
- Comment ça non ? J'ai déjà réussi la troisième leçon !
- Oui ! Mais non. C'est tout pour aujourd'hui. Va te reposer dans le cosmos, balade toi, admire l'œuvre de notre père. Nous reprendrons demain.

Il souriait, et je savais parfaitement ce qu'il faisait. J'avais ma frustration. Arrêter au bout de quatre leçons et demi m'était insupportable. Je me retirais donc en effaçant un pan de mur d'un geste de la main.

- Et bien dans ce cas, Adieu Metatron. J'espère avoir un autre maître demain.
- Ta sixième leçon sera la déception mon garçon. Aller, à demain !



__________________________________________________
Reposant seul dans le cosmos éternel
Je contemplais pour la première fois mes ailes
Mon apprentissage avait à peine commencé
Et déjà je sentais que j'en avais assez

Metatron avait beau être mon maître
Je rêvais juste de l'envoyer paitre
En bon apprenti, je ne le fis point
Car de cet univers je désirai prendre soin
___________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Ezaziel
ECUYER
ECUYER
avatar

Masculin
Nombre de messages : 35
Age : 22
Localisation : France, Lyon
Réputation : 1
Date d'inscription : 14/07/2016

MessageSujet: Re: Chroniques d'un ange déchu   Dim 17 Juil - 18:23

Chapitre II : L'entraînement


N'est ce pas une chose incroyable ? Nous pouvons naître avec la connaissance absolue, savoir tout de l'univers et de ses secrets, et pourtant il y a encore tant à apprendre. Mes leçons avec Metatron s'enchaînaient, plus dures les unes que les autres. Humilité, miséricorde, loyauté, courage, respect, dévotion, autant de principes moraux qui ne peuvent vous être offerts à la naissance. Seul l'apprentissage permet leur acquisition.

J'étais plutôt bon élève, j'apprenais vite. J'apprenais bien. Mais Metatron ne semblait jamais autant satisfait que lorsqu'il arrivait à me contrarier avec ses enfantillages stupides. Je ne le détestais pas pour autant. Il était mon frère après tout. Qui n'a jamais eu envie de mettre une paire de claques à son frère ? Je me pliais donc à ses exercices, me promettant à moi même qu'un jour, lui se plierait aux miens.

- Où as tu la tête Eza ? Concentre toi un peu. Ma lame est à deux centimètre de ta gorge, tu veux mourir avant d'avoir connu un champ de bataille ?

L'injonction de Metatron me ramena à la réalité. L'entraînement. Nous étions sur Thétis, une lune de Saturne. Tout autour de moi le paysage se ressemblait dans chaque direction. De la glace, dans laquelle des météorites avaient creusé des cratères. Un endroit particulièrement hostile à la vie. Et pourtant je le trouvais magnifique.

- Ton attention n'est pas tournée vers moi, c'est pour ça que tu perds ton combat.
- Que raconte tu ? Mon attention était totalement tournée vers toi.
- Oui, mais vers un moi du futur auquel tu t'amusais à mettre des baffes. Ce n'est pas la pensée la plus plaisante que tu ais eu à mon égard. Mais je commence à m'y habituer. Ton attention ne doit pas seulement se porter sur un lieu ou une personne, tu dois la forcer à rester dans le moment présent.
- Je prépare le futur. Prévoir l'avenir fait partie des qualités que tu m'as enseignées.
- Quel avenir y a-t-il pour un ange mort ? Prévoir l'avenir est une bonne chose. Cela te permet de savoir ce que tu dois faire dans l'instant présent. C'est dans l'instant présent que tu agis, pas dans l'avenir, ni dans le passé.
- Je ne regarde pas le passé.
- Non en effet. Quel passé voudrais-tu regarder, toi qui n'es âgé que de quelques semaines ? Concentre toi !

Je dégageais lentement ma gorge de la lame de Metatron. Seul l'acier céleste peut blesser un ange. Et l'épée de Metatron en était faite.

- Pourquoi se battre à arme réelle ? Projettes-tu de m'assassiner ?
- Oh ! J'en ai déjà eu l'envie et l'occasion, mais ce n'est pas la volonté du Seigneur. Vois tu Eza, contrairement à toi je ne possède pas le libre arbitre.
- Cela te manque ?
- Comment une chose que je n'ai jamais connue et que je ne connaitrai jamais pourrait-elle me manquer. Rappelle toi ta première leçon. Je t'ai privé quelques instants de la vision cosmique, j'ai restreint ton champs d'action à une pièce de quelques mètres carrés.
- Je m'en souviens, où veux tu en venir ?
- Les humains que tu admires tant n'ont pas cette vision cosmique. Elle ne leur manque pas. Ils ne la recherchent pas. Et ils ne l'auront jamais de leur vivant. En être privé ne les gêne donc pas.
- Mais ils ont le libre arbitre.
- On ne peut pas tout avoir, Eza. Seul Dieu possède tout. Selon son bon plaisir il donne, selon son bon plaisir il reprend. C'est ainsi.
- Je ressens la plénitude. Est-ce que je ne possède pas tout, à l'image de notre père ?
- Oh non, tu ne possèdes pas tout. Mais ce que tu n'as pas, et que tu ne peux avoir ne te manque pas. C'est ça qui te permet de ressentir la plénitude malgré tout. Assez bavardé, reprenons ! Battons nous comme des chevaliers humains !

Metatron s'était remis en garde. Je fis de même. Cet ange avait beau être un crétin insolant, il était d'une sagesse immense. Mon père l'avait bien choisi. Je maniais la lame céleste avec habilité. Je rêvais déjà de pourfendre mon premier démon. Mon maître m'avait très peu parlé de ces créatures. Je ne savais rien sur eux, à part qu'ils n'étaient pas de cet univers.
Metatron porta un coup vertical. Je mis instinctivement ma lame à l'horizontal pour le parer.

- Tu réfléchis trop mon garçon, ce n'est pas encore un démon que tu as en face de toi, mais un ange. Sois dans le présent.

Je repoussai sa lame. Il porta un autre coup, encore un, puis un troisième encore. Trois fois je les parai. Je décidai de frapper à mon tour, d'une estocade rapide et puissante. Un demi-cercle décrit par l'épée de Metatron dégagea ma lame de sa trajectoire.

- Enfin tu attaques mon garçon ! Tu en as mis du temps ! On ne gagne pas un combat seulement en se défendant. On gagne un combat en attaquant son adversaire.

Je déployai mes ailes et passai au dessus de Metatron. Ma lame plongea droit sur son crâne. Précise. Rapide. Imparable. Pourtant elle ne trouva que la glace à son impact. La glace qui entourait Metatron et le protégeait. Je m'approchai lentement du bloc de glace, essayant d'apercevoir le visage de mon maître. Je ne vis que son sourire, un sourire narquois que je ne connaissais que trop bien. Le bloc vola en éclats de glace, et Metatron en éclats de rire.

- Ah ! J'adore cette expression sur ton visage quand tu ne comprends rien de ce qui se passe. Elle me réjouit !
- Je pensais que nous nous battions à la manière des chevaliers humains. Tu as triché
- Et tu as utilisé tes ailes. Un chevalier humain peut-il faire ça ? Hm ? Non ! Tu as donc triché toi aussi, mais en plus de ça tu as triché en premier.
- Je ne pensais pas mal faire maître.
- Et tu n'as pas mal fait. Restreindre tes possibilités te permet de te concentrer plus. Mais pas de résoudre tous les problèmes. Ce combat était ennuyeux, je n'ai aucun mal à parer tes coups et toi tu n'as aucun mal à parer les miens. Il fallait donc une autre solution, une solution d'ange.

Le vent se levait sur Thétis, caressant sa surface de sa brise glaciale. Metatron posa sa main sur mon épaule, son sourire fendant toujours son visage.

- Je pense que tu es prêt à affronter ton premier démon. Nous partons pour Cygnus X-1.
- Un trou noir ? Qu'allons nous y faire ?
- Les trous noirs sont des portes vers d'autres univers. Ils fonctionnent par cycle, et Cygnus X-1 va bientôt s'ouvrir. Qui sait quels démons il laissera s'échapper ? Probablement quelques traqueurs, peut-être un destructeur. Et surtout une horde de chasseurs affamés.
- Et bien qu'attendons nous, partons !

Dans une parfaite synchronisation, nous prîmes tout deux notre envol pour Cygnus X-1. J'allais combattre mon premier vrai adversaire. Je n'avais pas peur. J'avais confiance en ma puissance grandissante. J'étais prêt.


__________________________________________________
Abandonnant Thétis, la lune glacée
Voyageant vers un objet céleste mystérieux
J'allais voir un démon de mes propres yeux
Dans son crâne je planterai mon épée

Je n'ai jamais mené de réel combat
Et cependant de son issu je ne doute pas
Un vainqueur dans l'âme je suis
Car je commanderai les armées du paradis
__________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Ezaziel
ECUYER
ECUYER
avatar

Masculin
Nombre de messages : 35
Age : 22
Localisation : France, Lyon
Réputation : 1
Date d'inscription : 14/07/2016

MessageSujet: Re: Chroniques d'un ange déchu   Mer 3 Aoû - 23:33

Chapitre III : Astaroth


La gravité. Elle seule semblait exister en ce lieu. Cygnus-X1 était un monstre. Encore plus impressionnant que je ne le pensais. Non trop impressionnant pour un simple trou noir stellaire en fait. Quelque chose n'allait pas.

- Quelque chose ne va pas ! lança Metatron l'air inquiet.
- J'y pensais justement. Cygnus-X1 ne forme t'il pas un système binaire avec une étoile ?
- En effet. Il semblerait cependant qu'elle ai disparu.
- Si Cygnus-X1 l'a avalée, il est possible qu'il ait augmenté sa masse, mais pas à ce point.
- Tu raisonne à l'envers Eza. Il se pourrait bien que cette étoile ne soit plus là parce que le  trou noir qui lui sert de grand frère a grossi au point de la détruire.
- Qu'est ce qui a augmenter sa masse alors ?

Soudain une lumière aveuglante jailli du trou noir.

- Il s'ouvre ! s'écria Metatron. Nous allons peut-être avoir les réponses à nos questions !

Cygnus semblait se déchirer en deux. Sa masse colossale s'effondrant en son centre sur un royaume de feu et d'ombres. Une porte des enfers s'ouvrait sous nos yeux. Mais elle était bien plus grande qu'elle n'aurait du l'être.

- Archange Gabriel au rapport. Quelles sont vos instructions Séraphin Metatron ?

Un archange avait surgit du néant. Il était grand. Ses muscles étaient parfaitement dessinés. Sa chevelure brune descendait jusqu'a sa poitrine. Il tenait dans sa main gauche un immense arc de lumière. Derrière lui se tenait tout un régiment d'anges plus petits, prêts à se battre.

- Un détachement de l'armée céleste pour vous prêter main forte, reprit Gabriel. Il semble que les choses ici défient les lois de l'univers dessiné par notre Seigneur. Cela ne peut signifier qu'une chose.
- Un archidémon va traverser.

Metatron avait parlé avec un air grave que je ne lui connaissais pas. Il se tourna vers moi.

- Tu ne devrait pas combattre Eza. Cet ennemi est encore trop fort pour toi.
- Trop fort pour moi ? Je suis Ezaziel, futur protecteur de l'univers, fils du Seigneur notre Dieu. Ce n'est pas un archidémon qui me fera peur. Je ne protégerai jamais cet univers si je fuis devant un seigneur ennemi.
- Tu ne protégeras rien si tu es mort, s'emporta Metatron. Combien de fois faudra-t-il te le répéter ?
- Je combattrai. Fin de la discussion.
- Oh ! Et puis zut. Le libre arbitre a le don de m'exaspérer. D'autant plus quand c'est un idiot dans ton genre qui le possède. Tu ne veux pas m'obéir ? Soit, je ne saurais t'en empêcher. Mais je ne porterai pas la responsabilité de ta mort !

La porte devenait de plus en plus grande. Le royaume de feu qui se dessinait derrière était terrifiant. Un monde de chaos, d'ombres et de flamme. La destruction. Tout l'inverse de l'œuvre de mon père. Soudain une créature trapue traversa la porte. Un chasseur. Ses yeux jaunes fixaient l'armée qui se tenait devant lui. Il secoua sa tête cornue, puis la rejeta en arrière en poussant un cri strident. Alors des milliers de ses semblables traversèrent à leur tour. Fonçant droit sur nous.

Gabriel décocha une flèche dans la tête du chasseur qui avait crié. Puis il ordonna :

- Tenez les rangs ! N'avancez pas. Contentez vous de les repousser. Nous ne devons pas être trop près de la porte quand l'archidémon traversera.

Ma lame était prête. Ces chasseurs pouvaient venir, je les attendais de pied ferme. J'essayais de me préparer au mieux à l'impacte. Je comptais les seconde qui restaient avant qu'ils n'arrivent sur moi. Trois... Deux... Un...
Un premier chasseur me sauta dessus. Metatron le trancha en deux avec sa lame.

- Celui là était à moi ! M'exclamai-je.
- Tu crois pas qu'il y en a assez comme ça ? Concentre toi Eza, et essaye de ne pas mourir de la main d'une de ces créatures. Périr de façon pitoyable n'est pas au programme des leçons que je dois te dispenser.

Ma lame trancha la gorge d'un chasseur, perça le crâne d'un autre, s'enfonça dans le ventre d'un troisième. Ces créatures étaient de bien piètres combattantes. Comment pourrai-je mourir à cause de l'une d'entre elle ?

- Ils servent à te distraire Eza ! Regarde ce qui arrive ! C'est ça ta vraie cible !

Quatre énormes monstres venaient de passer la porte. Des destructeurs. Ces créatures étaient faites d'ombre et de lave. Ils se précipitèrent à grands pas sur l'armée des anges. Le choc allait être terrible.

Gabriel désigna le destructeur le plus avancé :

- Celui là est à moi !

Il déploya ses ailes, et fondit à toute allure sur son adversaire.  Il décocha trois flèches dans le torse du destructeur. Celui-ci ne broncha pas. Gabriel rangea son arc dans son dos et sorti une lame céleste de son fourreau. Il passa au dessus de la créature, qui était occupée à arracher les flèches de sa poitrine et planta sa lame dans la nuque de son adversaire. Elégant et efficace. Le destructeur s'effondra.

- Eh bien, tâche d'en faire autant Eza !

Metatron avait lancé la remarque avec son petit sourire habituel. Il provoquait mon esprit de compétition. Il allait être servi. Je pris mon envol, tendant mon bras prolongé de mon épée droit devant moi. Les anges pouvaient bien s'occuper des deux autres destructeurs, mais celui là était à moi. La lame céleste s'enfonça de vingt centimètres dans la gorge du monstre. Celui ci furieux frappa ses deux poings de toute ses forces sur son torse, m'enfonçant dans son corps. J'étais prisonnier des ténèbres et du feu. Tout à coup la voix du seigneur résonna dans mon esprit :

- Libère toi Ezaziel ! Puise la puissance qu'il te faut dans ses propres flammes, et retourne la contre lui.

Je décidai sans hésiter d'écouter mon père. J'écartai mes bras, et dans mes mains je sentis la puissance s'accumuler. L'énergie maléfique qui animait mon adversaire se pliait à ma volonté. J'ouvris mes mains et elle se libéra d'un coup, explosant complètement le destructeur.

- Une chance que tu sois un archange, sinon tu serais déjà mort ! railla Metatron.
- Désolé de vous décevoir maître, je suis meilleur que vous ne le pensiez !

Metatron avait ouvert la bouche pour répondre, mais le trou noir s'agitait de nouveau. Cette fois l'archidémon allait traverser. Une fumée noir s'échappa de la porte des enfers, coulant vers l'armée de Gabriel. En son centre, un silhouette démoniaque s'éleva lentement. L'archidémon s'adressa à moi de sa voix gutturale.

- Ainsi donc, je te rencontre enfin mi-ange !
- Mon nom est Ezaziel ! Qui êtes vous ?
- Dans mon royaume on me nomme Astaroth.

Gabriel décocha une flèche. Elle fondit droit sur l'œil du démon. Celui ci la saisit en plein vole et engloutit la lumière qui la formait dans les ténèbres de sa paume.

- Nous devons discuter tranquillement ! reprit Astaroth.

Il posa sa main sur mon front et le temps cessa d'exister. Tout autour de moi était parfaitement immobile. Seul Astaroth et moi pouvions bouger.

- Qu'est ce qu'un être abject comme toi peut bien avoir à me dire ? rétorquai-je.
- Abjecte ? Qui es-tu pour oser nous juger ?
- Je suis Ezaziel, futur protecteur de ...
- Epargne ! Je n'ai que faire des titres que tu t'octroies quand bien même tu ne les possèdes pas encore. Tu n'es qu'un enfant gâté qui a reçu un don bien trop important pour l'intelligence dont tu disposes. Un archange avec le libre arbitre ! Ton frère Lucifer, lui savait comment profiter de cet immense pouvoir. Toi tu ne fais qu'obéir.
- Je sers mon père, il a créé cet univers et je défendrai sa création contre ceux qui veulent la détruire.
- Créé ? Ton père n'a rien créé. Il a transformé cet univers. Avant il était le notre. Un monde de chaos sans limites dans lequel nous profitions de notre existence. Maintenant nous devons nous entasser dans les enfers, bien trop petits pour nous. Ton père en construisant son monde a détruit le notre. Nous ne désirons qu'une chose. Le reprendre.
- Tu sais bien que c'est impossible. Père vous en empêchera. Il a ordonné l'univers pour que sa plus grande création puisse l'arpenter. Le temps des hommes et des anges est venu. Celui des démons est révolu. Je protégerai cet univers.
- Ce monde que tu désires tant protéger, ce seras toi et ta haine qui en causerez la perte.
- Je ne connais pas la haine. J'agis par amour. L'amour de mon père, de son œuvre. L'amour de cet univers et de la vie qu'il abrite. L'amour que j'ai pour les humains, sa plus grande création.
- Tu ne connais pas l'amour. Quand tu le connaîtras vraiment, alors tu connaîtras aussi la haine. Et ta haine ramènera le chaos dans ce monde. Alors nous le reprendrons.

Je poussai un hurlement de rage et me ruai en avant. J'abattis le tranchant de mon épée en direction de la gorge du démon. Astaroth saisit la lame avec sa main, la stoppant net. Il éclata de rire. Un rire glaçant.

- Pas aujourd'hui. A bientôt, Ezaziel. Tu es notre libérateur. Nous nous reverrons.

Le temps repris son cours, et Astaroth s'évanouit dans le néant. La fumée noire se retrancha derrière la porte des enfer, suivi de la horde de chasseurs et des deux destructeurs que les anges n'avaient pas réussi à abattre. Le trou noir se referma.

- Que t'a-t'il dit ? me demanda Metatron.
- Rien d'autre qu'un tissu de mensonges.
- Il a prit un énorme risque aujourd'hui pour venir te parler. L'enjeu de ce risque m'échappe. Nous devrions demander audience auprès du Seigneur.
- Sage décision, approuva Gabriel.

J'acquiesçai en silence. Cette rencontre m'avait grandement perturbé. J'avais besoin de discuter de tout ça avec mon père.


__________________________________________________
Se pourrait-il que l'on m'ait dupé ?
La nature de cet univers m'aurait-elle échappé ?
Par le doute je ne dois pas me laisser gagner.
Les démons sont des êtres mensongers.

Dieu seul est vérité.
Mais quelle vérité ?

Celle de cet univers ou d'un autre ?
Celle de leur royaume ou du nôtre ?
Pas de réponse à ces questions, je le crains.
J'ai la connaissance absolue, mais je ne sais rien.
__________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Arya
ECUYER
ECUYER
avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 21
Localisation : Oberon
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/07/2016

MessageSujet: Re: Chroniques d'un ange déchu   Mar 20 Sep - 9:15

Ouah Surprised

Tu écris très bien Ezaziel Very Happy Même si ton sujet c'est pas trop mon truc Razz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques d'un ange déchu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques d'un ange déchu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Un "ange" à la couronne.
» Forum RPG d'ange contre démons
» Les Chroniques du Père Bugli !
» [RESOLUE]Avoir des ailes d'ange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RENAISSANCE :: Coin Artiste :: Rôle-Play-
Sauter vers: